Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


Claudia Meyer : Rencontre avec une artiste généreuse

19 Février 2013 - 11:20

Claudia Meyer a fait voyager sa musique à travers le monde, et continue encore d’enchanter le public et repousse les Frontières. Actuellement en France pour une résidence au Scop’Club, nous sommes allés à la rencontre d’une artiste qui se livre autant sur scène qu’en dehors…


Claudia Meyer : Rencontre avec une artiste généreuse
Sous le feu des projecteurs depuis le début de l’année avec la mise en radio de son single « Lady D’Arbanville » sa superbe reprise de Cat Stevens, Claudia Meyer ne pouvait rêver mieux pour commencer sa résidence au Scop’Club. A l’occasion de la sortie de ce titre, et avant qu’elle ne reparte sur les routes du monde, nous sommes allés interviewer cette grande artiste, pour évoquer son passé, son actualité, mais aussi ses projets futurs, et c’est à découvrir ci dessous

1) Le début d’année semble chargée, avec la sortie du single « Lady D’Arbanville », une résidence au Scop’Club, des concerts prévus dans plusieurs pays. Première question logique, Comment allez vous ?

Je vais très très bien parce qu’on est en pleine promotion de ce single, qui est assez gaie, très festif. Les retours sont très positifs, c’est très agréable, et ça me donne la pêche.

2) Depuis quelques semaines on vous retrouve avec le titre « My Lady D’Arbanville » reprise de Cat Stevens. Comment vous est venue cette reprise, et surtout cette adaptation ?

C’est une chanson que j’ai chanté dès que j’ai appris la guitare, j’étais fan des albums de Cat Stevens, e puis quand nous étions dans l’enregistrement de l’album « Fuego », on sait simplement dit : Pourquoi ne pas enregistrer cette chanson ? Mon réalisateur, m’a poussé à le faire, car c’est une des premières reprises que j’ai faite, ce titre est intemporel, donc je me suis dit pourquoi pas. De ce fait nous avons été confrontés à la demande d’autorisation, et là c’était plus délicat, car Cat Stevens ne donne pas les autorisations facilement, mais on a eu beaucoup de chance, il a rapidement dit oui. Pour moi c’est un vrai cadeau, car je réalise un rêve d’adolescente.

3) Reprendre du Cat Stevens, c’est loin d’être simple, et là vous avez eu l’aprobation de l’interprète pour cette reprise. Vous devez être fier que votre reprise lui ait plus ?

C’est sûr. J’ai été plus qu’heureuse lorsque l’on m’a dit que l’on avait l’autorisation de Cat Stevens, et qui plus est encore plus heureuse de savoir que ma version lui avait beaucoup plu. Cat Stevens a aimé ce mélange anglais et espagnol, un mélange entre oriental et latino, j’y ai mis tout de moi.

Claudia Meyer : Rencontre avec une artiste généreuse
4) Avec Fuego vous êtes revenue en nous offrant un album aux milles couleurs, avec plusieurs intensités, plusieurs émotions, plusieurs couleurs très chaudes, est ce pour cela que vous l’avez appelé ainsi ?

(rire) Alors « Fuego » c’est une petite anecdote, car quand je suis sur scène, on dit que je mets le feu, alors quand avec mon manager, nous avons réfléchit à un nom pour cet album, pour elle s’était logique de l’appeler ainsi. Et puis comme j’ai appelé mon premier album « Azul » qui signifie Bleu, il y avait beaucoup de couleurs, c’était donc assez logique de prendre ce nom.

5) Vous avez un parcours atypique, vous avez travaillé avec de grands noms de la musique, et pourtant vous faites actuellement la promotion d’un album sorti il y a 3 ans. Pourquoi n’êtes vous pas revenue avec un nouvel album?

Je suis partie beaucoup en tournée, j’ai voyagé beaucoup pour promouvoir l’album au maximum sur scène et nous avons sortis quelques singles de l’album, comme mon duo avec Yves Jamait, mais « My Lady D’Arbanville est l’ultime single que nous avons décidé d’extraire de l’album, avant d’enregistrer le prochain. J’ai donc privilégier la scène pour faire vivre ce projet, mais là c’est bien le dernier single avant le prochain album.

6) Avec « Fuego » c’est le voyage au-delà de la musique, direction l’Amérique du Sud, une culture qui vous inspire beaucoup, mais sur cet opus on vous retrouve en duo avec Yves Jamait, pour le titre « Inch Allah », sur un texte en Français, une langue qui habille parfaitement votre voix, alors à quand un album entièrement en Français ?

Et bien justement ce sera le prochain ! L’Amérique du Sud c’est une grande passion pour moi, mais ma langue maternelle est le Français, j’adore chanter en Français, et c’est d’ailleurs en chanter dans cette langue, que j’ai commencé à me produire dans les cabarets, en reprenant du Barbare, du Véronique Sanson, du Maxime Leforestier. Tout comme la musique latine, la chanson Française me passionne.

Claudia Meyer : Rencontre avec une artiste généreuse
7) D’où vous vient cette passion pour la musique Latine ?

A une époque de ma vie, j’ai rencontré des Sud Américains, qui m’ont initié à leur musique, et j’ai naturellement adhéré à cet univers, peut être parce que je suis née au Maroc, et que dans mon enfance, j’ai entendu, des sonorités hispaniques, et ça m’a paru totalement naturel. Avec ce groupe nous avons enregistré un album, parcouru le monde, et j’ai beaucoup appris d’eux, de leurs instruments. Par la suite j’ai voulu découvrir d’autres choses, et lorsque l’on m’a proposé d’enregistrer mon premier album, les producteurs souhaitaient un album « World Music » et comme j’avais de nombreux titres à mon actif, je suis retournée assez logiquement et assez facilement vers la musique Latine.

Alors que je voulais m’ouvrir, c’est une demande des producteurs à laquelle j’ai répondu avec plaisir, car j’avais un potentiel dans ce registre, et cela m’a permis d’enregistrer des titres que je gardais précieusement, et avec « Fuego », j’avais envie de continuer ce voyage


8) Une personne a beaucoup compté pour vous et vous lui dédiez votre album, c’est Elie Kakou, à qui vous dédiez aussi le titre Come Te Quiero (Elie). Pouvez vous nous expliquer la relation que vous partagiez avec cette immense artiste, et surtout nous expliquer la naissance de ce titre ?

Avec Elie, on s’est connu à Marseille, nous avions 9 ans, c’était comme mon Frère, mon âme sœur, on s’est jamais quitté, c’était mon confident, et puis ensemble, nous avons développé notre passion pour le spectacle, on a fait de nombreux spectacle ensemble, il a même fait mes premières parties, juste avant qu’il ne parte au Club Med, où il a développé son talent, puis ensemble, nous sommes montés à Paris. On a tout fait ensemble, et on s’est jamais quittés. Rapidement Elie s’est remarqué, et il a fait une trop courte mais très intense carrière, et tout a explosé pour lui. Malheureusement la vie fait que, nous n’avons pas eu le temps de tout se dire, de faire encore beaucoup de chose, car il avait encore beaucoup de choses à dire. Il me manque énormément.

J’avais envie de lui dédier cet album qu’il n’a pas pu entendre, et de lui écrire une chanson, comme un hommage à ce grand artiste


9) Vous avez accompagnée Véronique Sanson, Alain Chamfort, Lenny Kravitz, Andréa Bocelli, Jean-Félix Lalanne, vous avez collaborer avec Maurane ou bien encore Lara Fabian, et pourtant votre talent ne semble pas être reconnu à sa juste valeur. Quelle est pour l’explication sur le fait que vous n’avez pas la reconnaissance que vous méritez, et que certains artistes qui n’ont pas votre talent sont en haut de l’affiche ?

Je pense aussi que cela vient de mon parcours scénique, car j’ai beaucoup joué à l’étranger, et puis sortir des albums en espagnol ne permet pas de signer un contrat dans une grande major, qui permet donc la médiatisation, bien que j’ai tout de même eu le plaisir de faire un an de tournée avec Maurane. Pour ma part je pense que la demande du public n’est pas la même que la demande professionnelle.

Claudia Meyer : Rencontre avec une artiste généreuse
10) Jusqu’en Juin vous serez en Résidence au Scop’Club à Paris, qu’allez vous proposer au public ?

C’est un rendez vous mensuel, c’est une carte blanche, où j’invite des artistes, on fait des duos, je permets aux artistes qui viennent de présenter leur univers, ils interprètent quelques titres, pour des plateaux riches en émotion, sans limite de style, de langue, car pour moi la musique n’a pas de frontière. Donc chaque mois c’est différent, il y a beaucoup de surprises, pour des soirées très très riches en rencontres et en émotion.

Cette résidence me permet aussi de rôder les titres de mon prochain album, d’essayer quelques titres, de voir ce qui va plaire au public. C’est vraiment une grande chance d’avoir un tel lieu en plein Paris, qui nous permet d’être là tous les mois pour faire de la musique, car c’est de plus en plus rare de trouver de tels endroits.


11) Qu’est ce que nous pouvons vous souhaiter pour la suite de votre carrière ?

De continuer cette passion, de continuer la scène, d’être toujours en contact avec le public, et puis bien sur la reconnaissance, avec pourquoi pas plus de passages en radio, ce qui est d’ailleurs le cas avec « My Lady D’Arbanville », que les radios ont beaucoup aimé, mais aussi beaucoup de monde au Scop’Club, qui un lieu magnifique pour se retrouver et pour jouer

12) La tradition sur ActuaMusic.fr, c’est que l’artiste invité, termine l’interview en s’adressant directement à nos lecteurs, à ses fans pour délivrer le message qu’il veut, alors c’est à vous cher Claudia de conclure cette interview comme vous le souhaitez

Tout d’abord merci pour cette interview et pour la mise en lumière de mon travail. J’espère que les lecteurs voudront partir à la rencontre de mon univers. J’espère vous donner envie d’écouter mes albums, mais aussi venir me voir en concert, car c’est vraiment là où on vibre, c’est là où il se passe beaucoup d’émotion, et c’est là où le public est face à l’artiste, et j’aime ce rapprochement

Merci de m’encourager, merci de me soutenir et donc rendez vous à la prochaine résidence au Scop’Club.


Merci à Claudia Meyer de nous avoir accordé de son temps, et surtout d'avoir joué le jeu, avec autant de générosité et de simplicité.

Voici les dates de la résidence mensuelle de Claudia Meyer au Scop'Club

27 Février
27 Mars
24 Avril
22 Mai
26 Juin

Retrouvez toute l'actualité de Claudia, en la rejoignant sur sa Page Facebook et sur son compte Twitter

Francois Bertin
Rédacteur en Chef qui cherche toujours à vous permettre d'avoir le meilleur de l'information... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Août 2016 - 10:50 Julie Zenatti se livre avant la rentrée !


loading...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Musique | Vidéo | L'équipe ActuaNews.fr | Concours | Interview | Partenaires | Not Bed TV | Recrutement | Télévision | People | Ciné | Spectacle | Radio | classement | Classement | infolites


loading...













News Les PLus Lues








Plus de likes gratuitement