Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


Le Bal des Vampires : Passez une soirée mordante avec le Musical de Roman Polanski !

3 Novembre 2014 - 08:20

Vendredi 31 octobre. En ce soir d'Halloween, nous sommes allés rendre visite aux vampires du théâtre Mogador, où se danse en ce moment « Le Bal des Vampires », adaptation musicale du film de Roman Polanski. ActuaNews.fr vous emmène au cœur de ce show événement.


Crédit photo : H2O
Crédit photo : H2O
Le spectacle musical produit par Stage Entertainment France (Le Roi Lion, Mamma Mia, Sister Act…) est l'adaptation du film à succès de Roman Polanski, sorti en 1967. Il avait d’abord été monté en Autriche en 1997, puis dans 12 autres pays dont l’Allemagne, le Japon et même Broadway . Pour cette version française au théâtre Mogador (Paris 9e), le cinéaste a assuré lui-même une réalisation des plus « incisives » !

On retrouve donc avec plaisir les personnages : le professeur Abronsius (David Alexis) et son jeune assistant Alfred (Daniele Carta Mantiglia, qui reprend avec brio le rôle tenu par R.Polanski dans le film), qui partent chasser les buveurs de sang en Transylvanie.
Ils font halte dans l'auberge de Yoine Chagal (Pierre Samuel) ; là, Alfred tombe amoureux de Sarah (Rafaëlle Cohen), la fille de l'aubergiste, mais il semble qu'elle n'ait d'yeux que pour le très vampirique Comte Von Krolock (Stéphane Métro), qui ne tarde pas à l'inviter à son grand Bal...

Polanski signe une mise en scène grandiose, où chaque détail compte pour nous faire voyager au fil du show. Les imposants décors (la scène a été agrandie pour l’occasion), les 230 costumes et nombreux accessoires y contribuent... « De l'ail, de l'ail » chantent les artistes lors de l'un des premiers tableaux collectifs ; on peut effectivement se munir de gousses d'ail et autres crucifix mais il est difficile de résister à ces vampires-là, tant ils nous entraînent avec talent dans leur univers ! Les tableaux se succèdent avec une fluidité et une précision remarquables.

A l'image du film, qui était une franche parodie des films d'horreur, le musical est aussi spectaculaire que décalé et n'hésite pas à détourner les codes de la comédie romantique classique, pour notre plus grand plaisir ! Les personnages ont aussi de multiples facettes, à l’image de Sarah, cette belle jeune fille qui fait tourner les têtes...

Alfred et Sarah - Crédit photo VBW Brinkhoff/Mogënburg
Alfred et Sarah - Crédit photo VBW Brinkhoff/Mogënburg
Les dialogues font mouche… Pour l’anecdote, certaines répliques viennent même des répétitions où l’ambiance était déjà très amusante, comme nous a confié Rafaëlle Cohen, qui campe une fascinante Sarah : « Roman Polanski est un boute-en-train et cherche toujours à amuser les gens qui l'entourent. Un jour, lors d'une lecture avec toute la troupe, il a fait presque tous les personnages, et en faisant Chagal il a improvisé la blague du petit chat. Tout le monde a ri et on l'a ajouté au texte».

Dans le public, on rit autant que l'on frissonne. Certains personnages surgissent parfois d’endroits inattendus, plaçant les spectateurs au cœur de l'action.
C'est aussi l'occasion d'avoir la réponse à de fameuses questions mystiques-les vampires sont-ils vraiment invisibles dans les miroirs ? Vous en aurez la réponse grâce à des effets spéciaux spectaculaires-.

Les chansons originales, de Jim Steinman et Michael Kunze, sont variées, avec des ballades rock puissantes et de l’émotion. L’adaptation française des paroles et du livret a été réalisée par Nicolas Nebot et Ludovic-Alexandre Vidal.
Quant à l'orchestre live, dirigé par Stan Cramer, il rythme l’histoire en jouant pratiquement sans relâche d'un bout à l'autre du spectacle.
Enfin, le Bal tient ses promesses avec de très belles chorégraphies hautes en couleurs qui nous en mettent plein les yeux.
Citons quelques moments marquants du spectacle (tout en gardant quand même le suspense ! ) : la chanson bluffante du professeur Abronsius, ce féru de logique et de science à la diction impeccable, même à toute vitesse ; les péripéties du touchant Alfred ressemblant souvent des scènes de cartoon ; sans oublier le superbe duo entre Krolock et Sarah sur « Cette nuit restera éternelle », la chanson phare du spectacle (en anglais « Total Eclipse of the Heart», popularisée par Bonnie Tyler). Les seconds rôles sont aussi savoureux et apportent beaucoup de drôlerie à l'histoire.

Crédit photo : VBW Brinkhoff/Mogënburg
Crédit photo : VBW Brinkhoff/Mogënburg
Nous ressortons « vampirisés » par ce grand Bal... Les 36 artistes réunis sur scène ont réussi le pari de nous faire mordre à pleines canines dans la légende des immortels buveurs de sang. Ce spectacle mordant, entre humour, amour et horreur, est aussi à partager en famille. Un show étonnant et détonnant ! Laissez-vous croquer…


Jessica Mac Kwai-Yane
Je suis rédactrice au sein de l'équipe d'ActuaNews.fr depuis 2014. C'est toujours un plaisir pour... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

L'Arrach'TOur votre WebSérie de l'été | L'oeil d'Anne So' | Single | Live Report | Concert | Clips | Album | Chronique













News Les PLus Lues








Plus de likes gratuitement