Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


Les nouvelles tendances en programmation TV

ou comment Sophia Aram a achevé mon organisation personnelle !

19 Octobre 2013 - 10:00

De l’arrivée de Sophia Aram sur l’acces prime-time à l’utilisation de la télévision sur internet, petit tour d’horizon de la façon dont un grand groupe tel que TF1 distille des nouvelles tendances en matière de programmation sur plusieurs de ses chaînes.


Quand on n'a pas d'horloge...

La vie offre parfois des périodes d’inactivité où la TV devient notre meilleure alliée. OK, dans mon cas, cette période dure depuis toujours… mais, c’est grâce à cela que j’en arrive à me poser des questions existentielles du type de celle que je m’apprête à partager avec toi cher lecteur : mais que se passe-t’il en ce moment dans les services Programmation du groupe TF1 ? est-ce seulement l’influence de la grille (catastrophique) de France 2 ? ou la conséquence d’une volonté de s’adapter aux nouveaux us et coutumes des téléspectateurs, toujours plus addicts à leur écran d’ordi et de moins en moins à leur écran TV ? (tu vois, tu te posais les mêmes questions, tu ne le savais pas, c’est tout)
Je m’explique…

Ma réflexion a commencé un jour en semaine en milieu d’après-midi. Comme il n’y a pas d’horloge chez moi (je veux dire, à part sur le micro-ondes, qui utilise encore des horloges de nos jours ?), je ne me fie qu’au générique des « Feux de l’Amour » pour savoir s’il est 14h50 ou pas. Généralement, une petite vérification sur la 2 et hop ! Stéphane Bern qui pointe le bout de son nez, il est 15h : c’est parfait ! C’est parfait ? Que nenni… depuis quelques semaines, le soap américain préféré des ménagères ne se termine plus à 14h50 mais à 15h voire 15h05 ! S’ensuit le téléfilm du même acabit qui ne se termine qu’à 16h45, là où la reality sur les mariages annoncée à 16h35 commence à peine ! Personnellement, m’étant rendu compte de la supercherie, je prends sur moi et je m’adapte ; mais qu’en est-il des mères de famille, qui sont la principale cible, et qui doivent quitter leur téléfilm avant la fin pour ne pas manquer la sortie des écoles ? Car en réalité personne n’a prévenu de ce léger décalage de grille !

Tu te dis que cette question n’a aucun intérêt et qu’il n’y a que moi que cela intéresse ? Détrompe-toi car cette petite réflexion de ménagère « responsable des achats » a le mérite de soulever une tendance bien plus générale. En fait, ce décalage « en loozdé » de TF1 n’est pas anodin, il répond au changement de grille de la 2. Hé oui, car sur la 2, dans une énième tentative désespérée de sauver un programme irrécupérable (suivez-mon regard…), on tente comme on peut de récupérer des parts de marché. C’est ainsi que l’émission de Sophie Davant a pris 25 mn supplémentaires, et que l’air de rien, petit à petit, toute la grille a été décalée, ne jouant plus sur les mêmes tableaux avec la concurrence. C’est un peu déloyal… (et accessoirement ça dérange toute mon organisation de la journée) ! Il n’y a pas que moi que ça contrarie : voici plutôt la réaction de l’un des principaux intéressés (à 00:38) :

Un loisir du quotidien...

Car oui, on a tendance à l’oublier mais ce qui fait de la TV un médium aussi addict, c’est d’abord et avant tout qu’elle s’intègre dans le quotidien du télespecateur, avec des cases et des horaires accolés aux moments de la journée, qui fait que la grille de programmes nous accompagne à chaque étape de la vie de tous les jours. Mais cette quotidienneté - qui s’exprime par la programmation, et qui est ce qui définit la télévision - est mise à mal depuis quelques années, au point que les chaînes se permettent de changer et de modifier leurs grilles comme cela, sans prévenir et à n’importe quel moment de l’année. Mais comment se permettent-ils de faire cela à nos planning sans prévenir ? Tout ça dans le but de capter un téléspectateur de plus en plus volatile. Je parle, bien sûr, et tu me vois venir, des nouvelles façons de consommer les produits TV, du fait d’internet et de la mutiplicité des écrans.

Tu ne me crois pas ? Tu ne penses pas que les chaînes soient influencées par ta nouvelle façon de regarder (de façon légale, entendons-nous bien) les séries sur ton écran d’ordinateur ? Même pas un groupe immense tel que TF1 ? Décidemment, je t’aurais contredit tout le long de cet article… Quand tu découvres une nouvelle série, que tu es happé et que tu as quelques saisons de retard, et un week-end à tuer, n’es-tu pas capable de regarder une dizaine d’épisodes à la suite, dans une transe semi-narrative, semi-hypnotique ? N’est tu pas devenu un as de la table des 6 (parce que 24 épisodes par saison) pour savoir en combien d’heures minimum tu pourrais récupérer une saison ? Oh ne mens pas, tu le fais et sache que tu n’es pas le seul, même les stars hollywoodiennes de 75 ans s’y sont mises et en sont fières : regarde Anthony Hopkins !

Chez TF1, ils ont compris cela aussi. Et comme ils sont prêts à tout pour capter de l’audimat, ils n’hésitent pas à intégrer ces nouvelles méthodes. Ainsi, pour permettre au plus grand nombre d’apprécier la diffusion de la saison 3 de leur petit bijou britannique, passé pourtant un peu inaperçu avec une diffusion confidentielle sur TMC, TF1 a décidé de faire une rétro des deux premières saisons de « Downton Abbey » sur trois vendredis soirs, en quelque sorte des cessions de rattrapage pour les téléspectateurs en retard. C’est comme cela que les quinze épisodes de 42 mn des saisons 1 et 2 ont été diffusés en trois soirées, démarrant en prime-time à 20h50… pour se terminer à presque 2h le matin ! Plutôt longuette la soirée familiale s’il s’agit du programme de l’écran du salon…

... tout comme Internet !

Les nouvelles tendances en programmation TV
De même, le groupe teste une petite nouveauté sur l’une de ses chaînes depuis la rentrée. Ça a commencé sur le même principe : le mercredi après-midi, sur HD1, TF1 diffuse quatre épisodes à la suite d’une série de second rang, mais bien ciblée sur cette case, « Privileged ». Or en y regardant bien, il ne s’agit pas de quatre nouveaux épisodes à chaque fois, il s’agit de deux rediffusions suivies de deux inédits, chaque mercredi après-midi. Chaque épisode est ainsi diffusé deux fois ou, pour simplifier, on peut regarder HD1 un mercredi sur deux et ne manquer aucun épisode ! C’est comme du replay, ou de la catch-up TV mais… directement à la TV ! Concept un peu étrange qui consiste à sauver son médium en copiant les méthodes de celui qui le détruit…

Les nouvelles tendances en programmation TV
On le voit, en cette rentrée, rien n’est simple pour les chaînes de TV et si on peut saluer les prises d’initiatives, heureuses ou non, la morale de l’histoire, c’est que face à la multiplicité des écrans, mieux vaut retourner s’acheter des horloges !!


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Novembre 2016 - 11:50 Et si Disney achetait Netflix...



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Musique | Vidéo | L'équipe ActuaNews.fr | Concours | Interview | Partenaires | Not Bed TV | Recrutement | Télévision | People | Ciné | Spectacle | Radio | classement | Classement | infolites













News Les PLus Lues








Plus de likes gratuitement