Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


My Major Company réagit face aux virulentes critiques et à la polémique

18 Janvier 2013 - 09:50

Depuis quelques semaines la société My Major Company est sous le feu des projecteurs, suite à des accusations d’internautes sur le fonctionnement du site communautaire. Aujourd’hui My Major Company a décidé de réagir, et c’est à découvrir immédiatement sur ActuaMusic.fr


My Major Company réagit face aux virulentes critiques et à la polémique
Après les succès de Grégoire, de Joyce Jonathan, d’Irma, le label participatif My Major Company était montré comme le label du futur, et annonçait le renouveau de la musique, grâce notamment à la participation des internautes directement. Malheureusement depuis quelques jours, une polémique enfle de plus en plus.

En effet, sous l’impulsion d’un groupe de contributeurs, qui sont agacés par le temps que peut prendre la production, et sur la non transparence des budgets, les médias ont décidé de mettre en lumière ces problèmes, en n’hésitant pas au passage à descendre le label participatif. Suite aux articles diffamatoires de la part de ces différents medias, My Major Company a décidé d’invoquer un droit de réponse au travers d’un communiqué afin de lever les zones d’ombres pointés et ainsi rétablir les vérités.

La polémique actuelle trouve sa source dans un groupe Facebook de quelques centaines d’internautes que nous connaissons très bien. Nous entendons leur grogne et la vivons comme un échec personnel, forcément. Il y a des artistes que nous n’avons pas du tout réussi à développer, qui se sont avérés être des insuccès commerciaux et parfois même artistiques. Nous n’avons absolument pas la prétention d’avoir tout réussi dans notre parcours et assumons sans problème notre part de responsabilité dans ces échecs. Nous le disons d’autant plus sereinement que nous sommes certains d’avoir commis des erreurs aussi sur les projets que nous avons réussis.

Parmi les reproches qui nous sont faits, nous retenons le sujet de la transparence dans les comptes de chaque artiste qui est un sujet sur lequel nous avons le devoir et la volonté d’être irréprochables. Depuis le début nous avons fait le choix de ne pas publier automatiquement ces chiffres mais ceux-ci ne sont absolument pas cachés ! Chaque internaute peut à tout moment demander un état des lieux des dépenses sur l’artiste qu’il a soutenu. Nous lui fournissons systématiquement. Nous allons améliorer dans les semaines qui viennent la lisibilité et la fluidité de cette procédure qui mérite manifestement d’être clarifiée.

Mais ce que nous n’acceptons pas dans cette polémique, ce sont les attaques sur l’honnêteté de notre fonctionnement portées par une méconnaissance des réalités du marché et de nos processus internes. Nous regrettons que certains médias s’en fassent l’écho sans plus de mesure.

Pour répondre en vrac à ce que nous avons pu lire :

NON les internautes ne perçoivent pas d’argent après récupération des dépenses de MyMajorCompany, mais bien dès le premier disque vendu ; NON MyMajorCompany n’a jamais utilisé l’argent d’un artiste pour le dépenser au profit d’un autre ; NON les artistes ne sont pas particulièrement mal rémunérés sur MyMajorCompany, bien au contraire, ils perçoivent en moyenne près du double de ce que toute autre maison de disque pourrait leur offrir ; NON MyMajorCompany ne s’attribue pas 100% des droits des auteurs-compositeurs, c’est même absolument impossible à faire opérationnellement et juridiquement en France ; OUI MyMajorCompany prend un risque sur chaque projet produit, d’une part en prenant notamment en charge les frais de fonctionnement d’une plateforme digitale et d’un label rassemblant une trentaine de salariés et d’autre part en investissant régulièrement au- delà des jauges ; OUI c’est le label et l’artiste qui prennent la décision finale sur la façon d’utiliser la jauge et non les internautes : sans cette règle, l’exercice de notre métier serait tout simplement impossible ; NON nous n’avons jamais acheté le moindre disque d’un de nos artistes pour créer le buzz, encore moins avec l’argent des internautes. Nos comptes, régulièrement visés par un expert-comptable et audités par un commissaire aux comptes, sont là pour le confirmer.

Puis il y a toutes les attaques qui viennent d’artistes ou de leur entourage, heurtés ou déçus par leur expérience avec nous. Malheureusement chaque cas est particulier et appellerait des réponses personnalisées qui n’élèveraient pas le débat. A ce stade nous n’avons que 2 choses à dire :

- Notre chiffre d’affaires est constitué à plus de 70% de ventes de disques. Le développement d’artistes est le cœur de notre activité. Notre intérêt est évidemment qu’un maximum d’entre eux rencontrent un succès commercial. Nous n’avons aucun plaisir ni aucun intérêt à connaitre des échecs.

- Il est très rare qu’un artiste et son entourage direct, quand il échoue commercialement après avoir signé dans un label, considère que ça n’est pas essentiellement la faute du label mais plutôt celle de son travail, surtout quand il est soutenu par des milliers d’internautes. C’est probablement un des dommages collatéraux de notre modèle, nous n’avons aucun mal à le reconnaitre.

Après 5 ans d’existence, notre système a permis à 56 artistes de récolter les fonds nécessaires à leur production. MyMajorCompany recense près de 300.000 membres dont 70.000 ont investi sur un ou plusieurs projets. Aujourd’hui, l’entreprise compte une trentaine de salariés et réalise un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros. Malgré la croissance de la société, la complexité de son champ d’action, la taille de sa communauté, le nombre d’interlocuteurs et toutes les erreurs que nous aurions pu commettre, nous n’avons jamais eu à subir la moindre procédure judiciaire !

Enfin, quand nous avons créé MyMajorCompany en 2007 nous étions 4 jeunes garçons de 25 ans de moyenne d’âge à lancer le premier label participatif au monde dans un contexte de crise du secteur considérable. Nous avons reçu un accueil médiatique formidable qui a probablement suscité des attentes et des espoirs démesurés et peut-être aussi une vision « romantique » de ce que nous étions. Nous n’avons aucun problème à le reconnaitre. Mais nous n’avons jamais prétendu être autre chose que ce que nous sommes. Nous ne réalisons aucun miracle mais nous pouvons clamer haut et fort que nous n’avons jamais volé personne. Nous sommes droits dans nos bottes, avec notre modèle, nos évolutions, nos échecs et nos succès.

A l’heure où MyMajorCompany s’ouvre à tous types de projets (comédie musicale, spectacle, théâtre, patrimoine, dessin, écriture, …) et où la crise du disque continue à faire de nouvelles victimes, nous sommes plus que jamais convaincus de la pertinence de notre entreprise. Le financement participatif est un outil formidable, générateur de vocations, d’activité, et d’histoires éminemment positives dans leur immense majorité. Nous sommes aussi convaincus de bien le faire. Tous nos chiffres, tous nos succès et tous nos indicateurs tendent à prouver la même chose.

Toute l’équipe de MyMajorCompany


Maintenant, à vous, de vous faire une idée sur cette polémique, et surtout n’hésitez pas à réagir et à nous donner votre avis

Francois Bertin
Rédacteur en Chef qui cherche toujours à vous permettre d'avoir le meilleur de l'information... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:20 Justin Bieber en concert unique à Lille en 2017



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Musique | Vidéo | L'équipe ActuaNews.fr | Concours | Interview | Partenaires | Not Bed TV | Recrutement | Télévision | People | Ciné | Spectacle | Radio | classement | Classement | infolites





















Plus de likes gratuitement