Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


Renan Luce de retour au Trianon!

13 Mai 2014 - 08:40

Après trois ans d'absence, Renan Luce est enfin de retour sur scène pour nous présenter les chansons de son dernier album sorti en avril: "D'une tonne à un tout petit poids". Nous étions au concert du 12 mai au Trianon à Paris.


Un retour très attendu

Ça faisait longtemps qu'on l'attendait ce cher Renan! Souvenez-vous en 2006, ce jeune homme originaire de Morlaix débarquait de nulle part avec sa guitare et ses chansons aux textes soignés. Dans le sillage de Renaud ou Brassens, Renan Luce a rencontré un succès phénoménal avec son premier album certifié disque de diamant, porté par les singles "Les Voisines" et surtout "La Lettre". Après un deuxième album tout aussi réussi en 2009, le chanteur était parti sur les routes avec ses deux "potes": Benoit Dorémus et Alexis HK, pour une tournée de 200 dates. Les fans attendaient avec impatience de nouvelles chansons, dix sont sortis en avril dernier sur le troisième album de ce papa de 34 ans: "D'une tonne à un tout petit poids".

Ce soir du 12 mai, la salle du Trianon n'est pas pleine malgré l'attente. Il faut dire que le dernier opus, malgré le buzz du premier single, n'a pas encore rencontré un franc succès... Alors, que vaut le retour de Renan Luce sur scène?

Après la première partie, assurée ce soir-là par la pétillante australienne Emilie Gassin à la voix de velours et aux airs entêtants, celui que l'on attendait tous arrive très sobrement en pleine lumière avec ses musiciens et se place pour entonner "Réponse à tout". Tout de suite, on reconnait que le live donne une nouvelle force aux chansons. Elles en ressortent un peu plus punchy, rock parfois. Il faut dire que Renan et sa guitare sont accompagnés de musiciens très talentueux à la basse, aux claviers et à la batterie, sans parler du très charismatique Eric Starczan, très impressionnant à la guitare électrique. Sur le deuxième morceau "Lacrymal Circus", extrait du premier album, le décor se plante: un rideau, un arc de scène, le voici sur la piste. Un peu timide, Renan Luce derrière sa guitare n'a pourtant pas besoin d'en faire des tonnes. s'adressant toujours au public par de charmants "mesdames et messieurs", nous retrouvons cette voix douce et voilée, cette articulation parfaite et cette émotion qui nous fait voyager avec lui, dans ses chansons, dans ses histoires. "Voyager" titre qui ouvre d'ailleurs son dernier album, arrive après le single "Appelle-moi quand tu te réveilles" et la balade "Le Clan des Miros", sur laquelle on sent une voix un peu plus hésitante, pas toujours juste. Mais peu importe, ce ne sont pas des démonstrations vocales que l'on va chercher lorsque l'on va écouter Renan Luce. Tous les arrangements sont originaux, la plupart très réussi, notamment sur "Monsieur Marcel" et "La Boîte". Le chanteur nous fait aussi la joie de reprendre "Nantes", chanson-trésor du deuxième album et bijou d'écriture. Enfin Renan sait aussi faire danser son public, sur "Les Voisines" par exemple, qui embrase le Trianon. Seul hic: la température redescend juste après avec l'enchaînement sur "J'habitais là", chanson du dernier album qui n'est pas l'une des meilleures... D'une manière général, la setlist du concert n'est pas très efficace: l'alternance chanson rapide-chanson lente n'est pas toujours une bonne formule pour conserver l'énergie du public intacte.
Enfin, sur "Repenti", le public chante, évidemment. Puis sur "La Fille de la Bande" le public se lève encore pour danser. Deux chansons du dernier album ensuite: "Damoclès", le très joli morceau "Au téléphone avec Maman" et enfin, on l'attendait tant: "La Lettre". Sur ce tube de Renan Luce, on prend autant son plaisir sur scène que dans la salle. Renan s'amuse, à l'aise avec sa guitare, et le public danse au milieu des "palapapalapalapa..."! Mais l'un des meilleurs moments du spectacle avec celui-ci, vient juste après. Pour son premier rappel, Renan s'avance sans guitare, Nicolas Mathuriau au piano et pour la première fois, c'est un Renan le bras ballant qui chante "Amoureux d'une Flic", sur ce ton de conteur qui lui va si bien. Un timide plus si anonyme pourtant, qui ne sait pas toujours quoi faire de son corps et pourtant, le public est suspendu à ses lèvres, sourit, et rit même très franchement à certaines paroles. Un vrai moment de grâce, tout en délicatesse. Puis c'est une surprise: "Chien Mouillée", chanson de premier album, démarre avec le reste des musiciens de retour sur scène. Pour finir: "Les secrets chuchotés" et une chanson bonus: "Je suis une bande de jeunes", reprise de l'illustre chanteur Renaud, qui est aussi le beau-papa de Renan Luce. Pour cet hommage, Benoit Dorémus est un invité de marque. La chanson sera d'ailleurs présente, en trio avec Alexis HK, sur l'album "La Bande à Renaud" qui sortira le 9 juin.

Trianon, 12 mai 2014

Après la première partie, assurée ce soir-là par la pétillante australienne Emilie Gassin à la voix de velours et aux airs entêtants, celui que l'on attendait tous arrive très sobrement en pleine lumière avec ses musiciens et se place pour entonner "Réponse à tout". Tout de suite, on reconnait que le live donne une nouvelle force aux chansons. Elles en ressortent un peu plus punchy, plus rock aussi parfois. Il faut dire que Renan et sa guitare sont accompagnés de musiciens très talentueux à la basse, aux claviers et à la batterie, sans parler du très charismatique Eric Starczan, très impressionnant à la guitare électrique. Sur le deuxième morceau "Lacrymal Circus", extrait du premier album, le décor se plante: un rideau, un arc de scène, le voici sur la piste. Un peu timide, Renan Luce derrière sa guitare n'a pourtant pas besoin d'en faire des tonnes. s'adressant toujours au public par de charmants "mesdames et messieurs". Nous retrouvons cette voix douce et voilée, cette articulation parfaite et cette émotion qui nous fait voyager avec lui, dans ses chansons, dans ses histoires. "Voyager" titre qui ouvre d'ailleurs son dernier album, arrive après le single "Appelle-moi quand tu te réveilles" et la balade "Le Clan des Miros", sur laquelle on sent une voix un peu plus hésitante, pas toujours juste. Mais peu importe, ce ne sont pas des démonstrations vocales que l'on va chercher lorsque l'on va écouter Renan Luce.

Tous les arrangements sont originaux, la plupart très réussis, notamment sur "Monsieur Marcel" et "La Boîte". Le chanteur nous fait aussi la joie de reprendre "Nantes", chanson-trésor du deuxième album et bijou d'écriture. Enfin il sait aussi faire danser son public, sur "Les Voisines" par exemple, qui embrase le Trianon. Seul hic: la température redescend juste après avec l'enchaînement sur "J'habitais là", chanson du dernier album qui n'est pas l'une des meilleures... D'une manière général, la setlist du concert n'est d'ailleurs pas très efficace: l'alternance chanson rapide-chanson lente n'est pas toujours une bonne formule pour conserver l'énergie du public intacte.
Mais sur "Repenti", le public donne de la voix, évidemment. Puis vient "La Fille de la Bande" et deux chansons du dernier album: "Damoclès", le très joli morceau "Au téléphone avec Maman" et enfin, on l'attendait tant: "La Lettre". Sur ce tube de Renan Luce, on prend autant son plaisir sur scène que dans la salle. Renan s'amuse, à l'aise avec sa guitare, et le public danse au milieu des "palapapalapalapa..."! Mais l'un des meilleurs moments du spectacle avec celui-ci, vient juste après.

Pour son premier rappel, Renan s'avance sans guitare, Nicolas Mathuriau au piano. Pour la première fois, c'est un Renan le bras ballant qui chante "Amoureux d'une Flic", sur ce ton de conteur qui lui va si bien. Un timide plus si anonyme, qui ne sait pas toujours quoi faire de son corps et pourtant, le public est suspendu à ses lèvres et sourit, il rit même très franchement à certaines de ses paroles. Un vrai moment de grâce, tout en délicatesse. Puis c'est une surprise: "Chien Mouillé", chanson du premier album, démarre avec le reste des musiciens de retour sur scène. Pour finir: "Les secrets chuchotés" et une chanson bonus: "Je suis une bande de jeunes", reprise de l'illustre chanteur Renaud, qui est aussi le beau-papa de Renan Luce. Pour cet hommage, Benoit Dorémus est un invité de marque. La chanson sera d'ailleurs présente, en trio avec Alexis HK, sur l'album "La Bande à Renaud" qui sortira le 9 juin.

Conclusion de cette soirée en compagnie de Renan Luce au Trianon: une très belle surprise, de très bons musiciens et un artiste toujours aussi touchant. C'est un immense plaisir de retrouver ses anciennes chansons, réarrangées pour l'occasion, mais c'est aussi agréable de redécouvrir les chansons du dernier album. En "live", "D'une tonne à un tout petit poids" sonne en effet bien mieux...

Manon Raineri
Passionnée de musique bien-sûr, mais aussi de littérature, de cinéma, d'histoire et de patrimoine,... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

L'Arrach'TOur votre WebSérie de l'été | L'oeil d'Anne So' | Single | Live Report | Concert | Clips | Album | Chronique













News Les PLus Lues








Plus de likes gratuitement