Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


Rencontre avec Baptiste Giabiconi

3 Mai 2013 - 10:00

A peine un an après le démarrage de sa belle aventure sur My Major Company, et toute la réussite qu’il a eu, par la suite, nous sommes partis à la rencontre de Baptiste Giabiconi, afin de faire un premier bilan après la sortie de son album, et surtout évoquer l’avenir. Une interview à découvrir sur ActuaMusic.fr


Rencontre avec Baptiste Giabiconi
Mannequin international, Chanteur à succès, Baptiste Giabiconi enchaine depuis quelques années, mais le petit gars du Sud garde la tête sur les épaules, et a su rester simple, comme il nous l’a prouvé lors de notre entretien, il y a quelques jours, avec lequel, nous avons eu le plaisir d’évoquer le passé, le présent et le futur.

1) Depuis plusieurs mois, la promo est assez intense, tu enchaines les interviews, les voyages, les plateaux. Première question, comment vas-tu?

Ca va super, même si parfois il y a un peu de fatigue, mais sinon ça va. La promo est vraiment intense que ce soit avec mon album « Oxygen » ou celle pour « Génération Goldman », on a sillonné la France, nous sommes allés à la rencontre du public, et les gens te donnent beaucoup d’amour alors ça compense.

2) Ces dernières années, tout semble te réussir. N as-tu pas l’impression de vivre un conte de fée?

Que tu me dises que tout me réussit me fais plaisir, et j’ai l’impression que tout ce que j’essaye de mettre en place est perçu comme ça. J’avoue que j’ai peur, et que c’est aussi pour cela que j’ai toujours envie d’avancer, de créer, et toujours être en action. C’est vrai que quelque part, c’est un peu un conte de fée, car je n’étais pas prédestiné à tout cela, et tout s’est rapidement enchainé sur les cinq dernières années, et aujourd’hui je reviens à ma première passion, la musique, j’ai la chance de faire un premier album, ce n’est pas toujours facile, c’est un honneur pour qu’il soit déjà disque d’or, et en plus de ça j’ai aussi la chance d’être sur le bel album « Génération Goldman », et en plus être choisi pour faire l’un des singles phares. Les choses s’enchainent parfaitement bien, mais la plus belle réussite pour moi, c’est d’être suivi par le public, que j’arrive à fédérer autour de mes projets jour après jour, et c’est pour moi la plus belle des victoires

3) Est-ce que tu arrives justement à prendre conscience de tout ce qui se passe pour toi depuis quelques années ?

Non, j’ai parfois du mal à croire à ce qui m’est arrivé. Je suis proche de ma famille, de ma mère, de mes sœurs, et on parle beaucoup, et c’est surtout elles qui me mettent la réalité en face, car par moment j’oublie un petit peu que je réalise mon rêve, et que c’est juste incroyable. Incroyable c’est le mot, car je me retrouve à faire les premières parties de Joe Cocker, et pour un jeune artiste faire la première partie d’un artiste international comme Joe Cocker, c’est juste fabuleux.

4) Ton nom est connu dans le monde entier ton premier essai avec « One Night In Paradise » est très réussi mais finalement aucune maison de disque ne t’a signé. Quelles ont été les raisons invoquées pour ne pas t’offrir de contrat ?

Au moment de la sortie du clip, je venais de finir Danse Avec Les Stars, c’est à cette époque là que le grand public m’a connu, c’est pourquoi j’ai décidé de sortir ce premier single, puisque l’album était déjà bouclé, et ainsi voir comment le public allait juger ce titre. Au final le clip a été vu plus de 4 millions de fois, les retours sont positifs, et c’est avec cela que nous avons décidé à démarcher auprès des labels, même si nous avions eu déjà des approches un peu avant, mais j’avais en tête l’idée de partager cette aventure avec mes fans, et cela dès le départ, et en toute logique, cela devait se faire avec My Major Company

5) Finalement c’est chez My Major Company que ton aventure s’est poursuivie et ce fut littéralement la folie car en quelques jours ton premier album fut produit. T’attendais-tu à une réussite aussi fulgurante?

Pas du tout ! C’était surtout une prise de risque de ma part et de mon équipe, car avec un tel projet, financé ainsi, on est sûr de rien. Finalement l’aventure est magnifique, avec plus de 2800 producteurs, plus de 280 000€ de dons, ce qui est incroyable, et surtout c’est un record pour tous les labels participatifs en Europe. Par la suite tout s’est enchainé, la sortie du single « Speed Of Light », l’album est sorti, et est entré Numéro 1 des ventes, c’est tout simplement que du bonheur.

Pour ce second album, je souhaite faire quelque chose de plus intimiste

Rencontre avec Baptiste Giabiconi
6) En t’écoutant j’ai vraiment l’impression que tu avais peur de te lancer via My Major Company, pourtant, sachant que tu avais une communauté de fan, le risque était minimum…

Réellement j’ai eu peur. Si ça foiré, les choses auraient été plus compliquées, notamment pour me retourner, pour repartir sur un autre projet. Une fois le projet lancé, j’ai fait confiance à ceux qui me soutiennent. En toute franchise, avoir autant de producteurs et réunir une telle somme, je ne l’aurais jamais pensé.

7) Un très bon premier album calibré pour le succès, mais un peu trop en anglais pour les radios Françaises. Ne penses-tu pas avoir pris un risque et surtout pourquoi ce choix de faire un album à 95% en anglais ?

Oui presque à 100% tu peux le dire, car à part « Speed Of Ligh » tout est en anglais. En fait, quand j’ai commencé à écrire cet album, je suis parti à Londres avec mon équipe, et l’anglais est venu plus naturellement à moi. En étant mannequin, j’ai acquis une notoriété à l’international, et j’avais aussi ce souhait de toucher un très large public, donc l’anglais facilité cela. Aujourd’hui je ne regrette pas ce choix, la promo va commencer en Allemagne, où l’album va sortir, mais je t’avouerais que pour la suite, j’ai envie de retourner à des textes en Français, j’ai beaucoup d’idées, de thèmes que j’ai envie d’aborder, et je pense que mes fans attendent beaucoup que je fasse cet album dans ma langue natale.

8) Tu nous prépare cela pour le deuxième album ?

Oui pour le deuxième album, qui arrivera au début de l’année 2014.

9) Tu seras auteur sur ce disque ?

Oui je vais m’impliquer au maximum sur l’écriture des titres, mais je vais aussi travailler avec d’autres auteurs. Pour ce second album, je souhaite faire quelque chose de plus intimiste, peut être moins produit que le premier, plus épuré, avec des piano-voix, de jolies textes, pour une véritable mise en avant de la voix

C'est un honneur d’avoir l’approbation d’un grand homme comme Jean Jacques Goldman

Rencontre avec Baptiste Giabiconi
10) C’est un grand plaisir d’écouter ton album, sans fioriture, très bien produit il n’y a rien à dire, mais n’a tu pas peur de souffrir de l’image du mannequin qui se lance dans la musique, et que toutes les attaques que tu as subi viennent de là ?

Je pense que l’on a réussi à passer à autre chose maintenant. Le public a pu se faire une idée de l’album, a pu comprendre ma démarche, qui j’étais, que ce soit au travers des émissions, des interviews, et que la musique est une véritable passion pour moi, bien avant d’être mannequin. Et puis même s’il y a des attaques je pense que les 70 000 albums vendus parlent d’eux même, et puis actuellement vendre autant c’est assez rare.
C’est assez logique qu’il y ait eu cette réaction, mais c’était aussi à moi d’aller au charbon, de faire comprendre ma démarche, mon envie, et montrer que je ne suis pas seulement un mannequin, faire comprendre mon histoire, et je pense que le message est plutôt bien passé.


11) Oxygen semble tout droit inspiré de la pop anglaise avec quelques pointes de rock, peux-tu nous dire d’où vient cette envie de te diriger vers ce style, et nous dire tes influences ?

J’aime beaucoup David Bowie, les Stones, les Beatles, John Lennon, les classiques finalement, qui m’ont accompagné dans mon adolescence, et j’ai voulu aller un peu plus dans la pop, avec un mélange de piano, de guitare, avec une touche de modernité avec de l’électro, et c’est ainsi que s’est dessiné ce premier album.

12)Tu vas prochainement partir à la conquête du monde avec cet album, mais avant cela tu vas assurer les premières parties de Joe Cocker. Pas trop peur de te produire devant un public qui n’est pas le tien ?

Jouer devant plus de 9000 personnes comme ce fut le cas début Avril à Nice, jouer devant un public, qui en général a plus de 40 ans, c’était un superbe défi à relever, de savoir s’il prendrait le temps de m’écouter quelques minutes, et au final j’ai eu un superbe accueil, c’était formidable, et là je n’ai qu’une hâte, c’est de recommencer dans quelques jours à Lille, pour pouvoir savourer ces trente minutes avec le public, leur faire découvrir ces six titres, car ce n’est que du bonheur.

13) Monsieur Joe Cocker aime la musique, et a surement apprécié ton travail. As-tu eu un retour de sa part ?

Oui et ça m’a beaucoup touché. On s’est vu après le concert, on a un peu discuté dans sa loge, et il m’a dit qu’il était venu me voir quelques minutes sur scène, et m’a dit qu’il fallait que je continue, et cela me conforte dans mes envies, dans mes idées, et recevoir un avis et des conseils de la part de Joe Cocker c’est tout simplement flatteur et valorisant.

14) Un album sorti il y a plusieurs mois, plus de 50 000 exemplaires vendus, un gros concert à Paris, des premières parties mais les fans en veulent plus, alors à quand une tournée ?

C’est en train de se mettre en place tout doucement. Depuis la sortie de l’album « Oxygen », j’ai la chance de faire quelques concerts dans des salles de 800 à 1000 personnes, et avec mes musiciens, on se fait la main, on se rôde encore, mais c’est sûr, le Live c’est le plus important. On va tourner beaucoup cet été dans les festivals, et puis plein de choses vont rapidement venir.

15) Actuellement tu es sur les ondes avec la divine Marie Mai, pour Génération Goldman, pourquoi avoir accepté ce projet, et surtout que représente Jean Jacques Goldman pour toi ?

C’est un projet que j’ai accepté de faire immédiatement, avec toute cette nouvelle génération. C’est tout simplement un honneur d’avoir l’approbation d’un grand homme comme Jean Jacques Goldman, qui vous fait confiance surtout pour une reprise, car passer derrière lui et encore plus sur le titre « Là-Bas » qui est l’un de ses plus grands tubes, j’avais beaucoup de pression. Après je ne me voyais pas chanter autre chose que ce titre, il me touche tellement.

le Canada pourquoi pas

Rencontre avec Baptiste Giabiconi
16) Peux tu nous parler de ta collaboration avec Marie Mai ?

Super ! Elle est venue à Paris, on a enregistré ensemble le titre. Je la connaissais un petit peu grâce à son duo avec Simple Plan, et j’aimais beaucoup le personnage, et en plus de cela, elle est d’une grande gentillesse. Je pense que le choix de ce duo est judicieux, par rapport à l’histoire, elle est loin au Québec, et avec le clip que nous avons fait, il y avait une véritable cohérence.

17) Marie Mai est très connue au Canada, faire un duo avec elle t’ouvre une porte, est ce que tu y penses ?

Ecoutes, le titre est diffusé là-bas, l’album est aussi en vente au Canada, où il fait un carton au Québec, grâce notamment à Marie Mai, qui est une grande star de l’autre côté de l’Atlantique. Là au mois de Mai, elle m’a invité à la rejoindre sur scène, dans une salle qui est l’équivalent de notre Bercy, pour chanter ce duo, donc c’est assez cool, alors le Canada pourquoi pas…

18) Aura-t-on le plaisir de te voir sur Génération Goldman 2 ?

On est en train de voir cela, car j’ai pas mal de propositions, dans des projets différents. Pour le moment rien n’est défini, mais on y pense, et la porte est encore ouverte.

19) Que peut on te souhaiter pour la suite?

Que ça se poursuit ainsi, et la santé également

20) Comme je le fais à chaque interview, je vais te laisser conclure, afin que tu t’exprimes librement, pour dire ce que tu veux, pour t’adresser à tes fans, tu es totalement libre

Je tenais à remercier tout simplement les lectrices, et les lecteurs d’ActuaMusic.fr, merci du soutien, merci pour l’amour que vous me donnez, merci de me permettre de réaliser mes projets, mes rêves, et je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures que ce soit avec « Oxygen », « Génération Goldman » ou l’album en Français qui arrive en 2014. Je vous fais de gros bisous et à Bientôt.

Merci beaucoup à Baptiste de nous avoir accordé cette interview, et surtout d'avoir joué le jeu avec autant de simplicité et de générosité, des valeurs, loin d'être communes à tous les artistes, alors ne changes pas!

L'album "Oxygen" et celui de "Génération Goldman" sont toujours disponible

Francois Bertin
Rédacteur en Chef qui cherche toujours à vous permettre d'avoir le meilleur de l'information... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Août 2016 - 10:50 Julie Zenatti se livre avant la rentrée !



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Musique | Vidéo | L'équipe ActuaNews.fr | Concours | Interview | Partenaires | Not Bed TV | Recrutement | Télévision | People | Ciné | Spectacle | Radio | classement | Classement | infolites













News Les PLus Lues








Plus de likes gratuitement