Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


Rencontre avec Jérémy Chapron

6 Décembre 2013 - 10:40

Après un brillant passage à la Star Ac, Jérémy Chapron a décidé de prendre son temps, pour préparer sa carrière, tout en multipliant les expériences. A l’occasion de la sortie prochaine nous sommes allés à la rencontre d’un artiste qui aime « Sauter Sur La Terre », mais qui garde bien les pieds dessus.


Rencontre avec Jérémy Chapron
De la Nouvelle Star à la sortie de son album, Jérémy Chapron aura fait un étonnant mais très brillant parcours. Un véritable talent qui n’a pas fini de s’exprimer, mais qui se fait déjà bien remarquer comme ce fut le cas avec Garou, dont il signe le dernier single. Aujourd’hui c’est pour sa carrière solo, que nous sommes allés à sa rencontre, pour revenir sur son parcours, mais aussi pour parler d’avenir en toute simplicité.

1) Deux singles cette année, un album en préparation, une actualité assez chargée, mais avant de parler de tout ça, dis moi comment tu vas ?

Ecoutes je vais très bien, je suis heureux, d’avoir pu après en arrivée là, car ça fait déjà quelques années que je prépare tout ça. Dans l’ombre je travaille beaucoup, à me faire grandir artistiquement, musicalement et avec ce premier single en début d’année, puis en second une compo personnelle, c’est vraiment bien, ce n’est pas un accomplissement, je n’en suis qu’au début, car le premier aboutissement se sera la sortie de l’album. En plus de tout ça j’ai eu la chance de faire pas mal de collaborations, donc je suis vraiment épanoui dans ma vie artistique, que ce soit en tant que chanteur, comme en tant qu’auteur-compositeur et franchement je m’éclate.

2) Avant de parler d’actualité, nous allons revenir sur ton parcours pas vraiment comme les autres, puisque tu as enchainé les concours de chants, avant de tenter ta chance à La Nouvelle Star, et de faire un joli parcours au sein de la Star Academy remporté par Quentin Mosimann. A l’époque où tu faisais les concours de chants à travers la France, pensais tu déjà à faire de la musique, ton métier ?

J’ai toujours caresser l’envie et le rêve de pouvoir vivre de la musique, mais c’est vrai qu’on essaye toujours de faire des choses en parallèle, car la famille est là pour nous mettre face à la réalité, et qu’il faut toujours préparer un plan B. Pour moi c’était un peu un rêve quelque chose d’inaccessible. Au final, je ne pense même pas avoir eu le temps de me poser la question, puisque tout est allé vite pour moi, j’ai commencé les gros castings à 16 ans, j’ai été pris à la Star Ac, j’en avais 18, donc j’ai pas vraiment eu le temps de cogiter. C’était un rêve, j’ai toujours voulu faire de la musique, maintenant de pouvoir en vivre, comme je le fais depuis 6 ans, c’est vraiment quelque chose d’inespéré, du coup je kiff tous les jours.

3) En 2006, direction la Nouvelle Star, où tu arrives aux épreuves du Théâtre. Que t’a-t-il manqué pour réussir à aller aux primes ?

Ce qui m’a manqué le plus et c’est certain c’est de la maturité. Le problème aussi c’est que j’ai toujours eu un physique qui me faisait paraitre plus jeune, donc sur les castings de la Nouvelle Star, sans te mentir je dois faire à peine 12 ans, donc par rapport au programme, c’était l’année où Christophe Willem a gagné, j’étais vraiment trop jeune.

C’était tout de même une belle aventure, même si c’est vrai que vivre un échec à cet âge ce n’est pas facile, mais j’avoue, c’était une bonne chose pour moi de s’arrêter à ce stade, car je serais certainement sorti au premier ou au second prime. Deux ans plus tard avec la Star Ac, j’ai pu m’accomplir plus, artistiquement, musicalement, et j’ai gagné en maturité.


4) Quel souvenir gardes tu de cette aventure ?

Un très bon souvenir, c’était l’un des tout premiers castings que j’ai pu faire, mon premier souvenir de télé, donc là on entre dans une machine qui démarre à 7h pour terminer à 3h. C’est véritablement ma grosse première expérience professionnelle.

pour moi Quentin Mosimann avait le profil parfait du gagnant

5) Puis c’est direction le château de la Star Ac. Que ressens tu le jour où tu apprends que tu vas faire partie de la nouvelle promotion ?

C’est une chose indescriptible. Cela faisait des années que je regardais le programme, et tout d’un coup, on vient avec une caméra, on fait un reportage, on a tourné toute la journée, jusqu’à 23h, et là on me met devant un ordinateur, et on m’annonce que je vais rentrer. A ce moment là c’est un mélange de bonheur, et en même temps je n’y crois pas. Dans ma tête c’est simple, je n’y croirais que lorsque j’aurai posé mes pieds sur le plateau car il peut toujours se passer plein de choses. Il y a des milliers de personnes qui souhaiteraient faire la Star Ac, des milliers de personnes qui voudraient avoir la chance de percer dans le milieu, et on me donne cette chance, j’ai juste du mal à y croire. Tu es dans cette joie très peu temps, car finalement après tout va très vite, et tout commence, et là il faut tout faire pour faire un parcours intéressant.

6) Quelle image avais tu de l’émission avant de la faire ?

J’avais une très bonne image, j’ai jamais jugé ce côté télé réalité. J’ai vraiment une bonne image notamment du point de vue de la qualité artistique du programme. C’était vraiment un énorme show à l’américaine, avec des musiciens, et surtout des artistes internationaux comme Ray Charles, Elton John, Stevie Wonder, on a eu la chance de pouvoir faire de belles choses. Cette émission permettait à de jeunes artistes, de prétendre un jour à faire ce métier, le tout devant 7 millions de téléspectateurs, avec un énorme show chaque semaine. C’est juste énorme.

7) Si tu ne devais retenir qu’un seul souvenir de ton aventure, ce serait lequel ?

Des souvenirs, j’en ai des milliers, mais si je devais en sortir un, excepté les duos qui ont tous étaient formidable, ce serait surement le jour où l’on m’a posé sur le plateau et que l’assistant réalisateur, a commencé le décompté avant le direct, je me suis dit, que je vais passer de total inconnu, à connu, que je suir parti dans une machine qui peut me permettre de faire ça toute ma vie, je vais jouer là avec ma guitare devant 7 millions de personnes, et ça c’est limite indescriptible.

8) Justement, cela ne fait pas peur de passer de l’anonymat à la célébrité soudaine ?

Ca peut faire peur. Je n’ai pas eu peur, car je ne venais pas chercher la célébrité. Ce qui fait peur dans la célébrité soudaine, ce n’est pas la célébrité elle-même, mais le retour de baton, c’est l’anonymat derrière la célébrité. Moi mon but premier, c’était y aller pour faire de la musique, et en vivre. Je n’y allais pas pour devenir une Star, et puis j’étais bien entouré avec ma famille et mes amis

9) Avec le recul, est ce qu’il y a quelque chose que tu changerais dans ton parcours ?

Non, car ce qui m’a permis d’arriver aussi loin dans l’aventure, c’est mon authenticité. Après peut être qu’en regardant un peu plus près je pourrais me dire que là il aurait fallu bosser plus, mais voilà j’étais encore un ado. Mon authenticité, et la façon d’être m’a emmenait jusque là, et m’a permis de faire tout ce que j’ai fait après. C’est sûr que si je revivais l’aventure, je ne changerais rien, mais je la vivrais autrement.

10) Qu’est ce qui t’a manqué pour gagner cette aventure ?

Je suis incapable de te le dire. Je ne pensais pas gagner, pour moi Quentin Mosimann avait le profil parfait du gagnant, et dès le départ, on sentait qu’il se passait quelque chose autour de lui. Donc la victoire, nous le savions tous sauf erreur qu’elle lui était destinée, mais après je ne m’explique pas pourquoi je ne suis pas allé un peu plus loin

Aujourd’hui à 24 ans je me sens vraiment prêt à présenter ce que je suis

11) Ta promotion est l’une de celles, que l’on sentait très soudée très unis. Que reste t il de cette amitié, 6 ans plus tard, es tu encore en contact avec eux ?

Et bien malheureusement non, mais mon seul ennemis dans l’aventure, et devenu un très bon ami et c’est le seul que j’ai gardé de cette époque, c’est Quentin. C’est avec lui que je me suis pris la tête le plus, avec qui j’étais vraiment en compétition, et finalement après la Star Ac, c’est avec lui que j’ai noué une belle amitié, on a même travaillé ensemble sur un artiste de The Voice, lorsqu’il était encore coach de The Voice en Belgique. Comme il a un planning ultra chargé et se balade dans le monde entier, on se voit quand on peut, mais on se voit encore. J’ai parfois quelques contacts avec Lucie également. J’ai trouvé ça dommage, mais c’est la vie. Sur 17 candidats, de belles amitiés s’étaient formés, et finalement personne n’a voulu rester en contact.

12) Cela fait donc maintenant 6 ans que tu as fait la Star Academy, et malheureusement, tu as fait plus parler de toi à tes dépends dans la presse people, que dans les colonnes musiques. Finalement pourquoi ta carrière ne démarre qu’en 2013 ?

Je pense que pour y arriver il faut un long parcours, et je pense que j’ai déjà la chance de démarrer quelque chose. J’ai fait la star Ac j’avais 18 ans, après j’ai connu des moments difficiles, j’ai vécu des galères, j’ai vécu des désillusions, j’ai cru à certain mot, certaines paroles venant de certaines personnes, pour finalement voir d’autres choses après. C’est aussi ça d’être jeune dans ce milieu. C’est aussi comme ça que l’on commence une carrière, on apprend de ses erreurs.

Si ça ne démarre que maintenant, c’est que j’avais encore besoin de gagner en maturité, j’avais besoin d’apprendre un peu plus. Durant toutes ses années j’ai vraiment appris à travailler la musique, mais cela m’a permis de développer mon univers, de grandir aussi. Il faut du temps, et la musique comme beaucoup de chose, c’est l’expérience qui prime avant tout. Aujourd’hui à 24 ans je me sens vraiment prêt à présenter ce que je suis.

13) Je te sens encore un peu fébrile, à l’évocation de cette période très « people ». Est-ce que cela a joué dans ta carrière artistique ?

C’est une partie de ma vie importante, et peut être qu’à ce moment là, j’ai mis un peu de côté la musique, afin de régler quelques soucis privés, donc effectivement ça a pu jouer également. Sinon ça ne reste pas une expérience douloureuse, c’est sûr que sur le coup ce n’est pas facile, mais rien ne peut me retirer ma passion première : la musique.

14) On te retrouve en début d’année avec un premier single qui n’est autre que la reprise d’un classique de Michel Berger, « Le Paradis Blanc » que tu as réussi à remettre au goût du jour, et à t’approprier. Un choix assez audacieux. Pourquoi avoir présenté ce titre en qualité de premier single ?

C’était un premier single sans l’être pour moi, c’était un single zéro. Pour le public et les médias, cela faisait cinq ans que je n’avais pointé mon nez, donc il fallait trouver un axe pour ce retour. Artistiquement, je souhaitais faire une reprise, après le choix de le sortir en single ou pas, cela n’avait pas d’importance. J’avais vraiment envie de reprendre Michel Berger, et « Le Paradis Blanc », et on s’est dit que pour se rappeler aux bons souvenirs du public comme des médias, faire une reprise d’un tel artiste aurait un impact et ainsi recommencer un nouveau projet, une nouvelle histoire

15) Après quelques mois c’est le second single qui pointe le bout de son nez, et c’est enfin un titre inédit nommé « Sauter Sur La Terre », qui donne enfin une première indication sur ta direction artistique. Justement avec ce premier album, à quoi doit on vraiment s’attendre ?

J’y ai longuement réfléchi durant toutes ses années. Ce sera un album aux accents Pop, un peu teinté anglo-saxon, et cela représentera aussi mes deux facettes, tantôt la facette mélancolique, tantôt plus optimiste. Ce sera un album très éclectique qui me représentera très bien.

16) Qui dit plusieurs facettes, dit plusieurs influences. Alors, quelles sont tes influences ?

Mes influences, ça va de Coldplay à Maroon 5 en par Train, pour le côté optimiste, plus Up Tempo, mais j’adore également Muse, j’adore le rock, et cela se ressentira sur l’album.

17) Cet album, tes fans l’attendent impatiemment, as-tu enfin une date de sortie à nous révéler ?

J’aimerais bien savoir aussi la date de sortie. Pour le moment on prépare encore le projet. Les chansons sont presque toutes prêtes, maintenant on discute avec différents intervenants pour signer cet album. Pour le moment je n’ai pas encore de date. Là c’est plus une histoire de négociations et de structure puisque le côté artistique est terminé, donc j’espère pouvoir révéler une date très rapidement.

18) Une sortie pour le printemps prochain, est ce possible ?

Je pense. Ce serait l’idéal, et je pense que pour le printemps 2014 c’est vraiment réalisable.

19) Avec qui as-tu travaillé sur cet album ?

Au niveau des auteurs c’est souvent les mêmes, ce sont Laurent Carré et David Nathan, qui a d’ailleurs écrit avec moi le single de Garou. Pour la composition, c’est moi, pour les ¾ des titres, mais je vais peut être avoir quelques surprises, je suis en pleine discussion, que ce soit pour des duos ou même pour des collaborations. Après il y a des choses que j’aimerais, mais j’ai du mal à en parler, mais il y aura certainement Matthieu Mendès à la réalisation, comme c’est déjà le cas, sur le single. Après il y aura quelques surprises, mais j’attends encore un peu que les choses se fassent pour pouvoir en parler.

20) Face à de tels propos, je suis obligé de te relancer pour en savoir plus, surtout que tu parles de duos et de collaborations. Peux tu nous révéler un nom ?

Franchement là, un nom, je ne peux pas car je travaille justement sur ce nom, car s’il y a un duo, il n’y en aura qu’un. En terme de collaboration c’est sûr que je peux compter sur Matthieu Mendès, et c’est pour le moment la seule que je peux confirmer puisqu’il était là sur le premier single. Actuellement je travaille à l’élaboration d’un duo, et j’espère que cela ira jusqu’au bout, car ça peut être quelque chose de très beau, mais là je ne peux pas le donner, car ce serait trop gros, et cela pourrait me dépasser.

21) Un duo avec un homme ou une femme ?

Avec un homme mais je ne t’en dirais pas plus

si je ne devais composer que pour une seule personne, ce serait pour Céline Dion ou Johnny Hallyday

22) Ton nom a également fait l’actualité en septembre dernier avec la sortie du nouveau single de Garou, que tu as composé. Comment t’es tu retrouvé dans cette aventure ?

C’est une aventure assez incroyable. Cela fait à peu près deux ans que je me fais vraiment confiance en tant que compositeur, j’ai mûri, j’ai gagné en expérience, et lors d’un voyage à Montréal, mon David Nathan, qui est aussi journaliste làbas, m’emmène à une soirée de lancement pour un vin à l’Auberge Ste Gabrielle, qui est le restaurant de Garou, et on y rencontre le meilleur ami de Garou, Marc, qui gère le restaurant avec lui, et du coup, on discute bien tous ensemble, on passe une belle soirée, et en rentrant, comme nous étions en phase de composition, on s’est dit que ce serait dommage de ne tenter de composer un titre pour Garou, on s’est donc mis au travail, et on s’est dit que ça pourrait vraiment le faire. On essaye à plusieurs reprises de capter Garou, mais c’est très compliqué, et un soir nous avons proposé à Marc de lui transmettre un mail avec notre proposition, et trois jours plus tard on reçoit un appel de Garou, qui nous explique qu’il a passé le trajet pour aller à Londres en écoutant notre titre, et qu’il aimait beaucoup, et le voulait vraiment. Plusieurs semaines plus tard tout était finalisé, et on a eu la surprise de voir que c’était le premier single. C’est une aventure complètement folle, qui n’aurait jamais dû se faire, mais c’est une belle histoire

23) Justement en parlant de belle histoire, si tu avais un souhait de composer pour quelqu’un, qui choisirais tu ?

En même temps les artistes que j’aime, compose déjà pour eux même. Mais ceux qui m’ont beaucoup influencé ce sont Calogero, Pascal Obispo. Mais si je ne devais composer que pour une seule personne, ce serait pour Céline Dion ou Johnny Hallyday qui sont pour moi des grandes voix, des grands interprètes. Garou faisait partie de ceux pour qui je souhaitais pouvoir composer, et j’ai eu la chance de le faire, mais si je devais à l’avenir en choisir un seul, ce serait Johnny.

24) QUESTION BONUS : Quelle est la question que l’on ne t’a jamais posé en interview et à laquelle tu aurais aimé répondre

Est-ce que je suis heureux ? et oui je le suis !

25) Qu’est que ce je peux te souhaiter pour la suite de ta carrière ?

De réussir à bine faire décoller le nouveau single, de pouvoir concrétiser cet album qui patiente actuellement au chaud dans mon ordinateur, et de faire beaucoup de lives, car je suis un amoureux de la scène, et un amoureux du public. Tu peux aussi me souhaiter de m’épanouir autant en tant que chanteur qu’en tant que compositeur.

26) Petite tradition sur ActuaNews.fr, c’est l’invité qui termine l’interview en s’adressant directement aux lecteurs, à ses fans, pour adresser le message qu’il souhaite, c’est donc à toi

Et bien tout d’abord je tiens à remercier tous les fans qui me soutiennent, merci également aux lecteurs d’ActuaNews.fr. Merci à ceux qui sont là depuis le début de l’aventure, qui ne m’ont jamais lâché, merci à tous ceux qui arrivent, car l’aventure ne fait que commencer. Cela a mis du temps à se préparer, à se construire, mais une fois l’aventure commencée, elle ne s’arrêtera pas.

Merci à Jérémy pour nous avoir accordé de son temps, et d'avoir joué le jeu. Retrouvez toute l'actualité de Jérémy Chapron sur sa Page Facebook et sur son compte Twitter

Francois Bertin
Rédacteur en Chef qui cherche toujours à vous permettre d'avoir le meilleur de l'information... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Août 2016 - 10:50 Julie Zenatti se livre avant la rentrée !




1.Posté par Spectacle au cinéma le 10/12/2013 12:26
Pensez-vous que ce peut être rediffusé au cinéma quelque part ? Merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Musique | Vidéo | L'équipe ActuaNews.fr | Concours | Interview | Partenaires | Not Bed TV | Recrutement | Télévision | People | Ciné | Spectacle | Radio | classement | Classement | infolites













News Les PLus Lues








Plus de likes gratuitement