Connectez-vous S'inscrire
ActuaNews.fr


Rencontre avec Jessica Gabrielle, la sensation pop du printemps 2016

29 Avril 2016 - 09:50

A l'occasion de la sortie de son excellent EP "Run", la franco-américaine Jessica Gabrielle nous a accordé une interview dans laquelle elle se livre sur son enfance, ses projets et sa façon de concevoir ses titres.


Tu arrives avec un troisième EP sous l’égide du label Colligence Music. Peux-tu nous présenter cet EP?

Je vois RUN comme mon premier EP en fait. Les deux premiers étaient plutôt des demos qui m’ont aidée pour me développer et que j’ai utilisées, au tout début de ma carrière, pour démarcher. RUN est un EP qui représente un nouveau début et qui mêle un ensemble de plusieurs choses, comme notamment le bon et le mauvais dans l’amour, et comment se remettre debout après des histoires difficiles.

Quelles sont tes influences musicales?

J’ai eu la chance de grandir dans une famille musicale, avec une mère pianiste classique et un père amateur d’opéra, qui m’a beaucoup ouvert les portes vers toutes les musiques du monde. Jeune, j’étais entre Ray Charles et Britney, ce qui peut sembler bizarre, mais j’adore! De plus, j’ai beaucoup étudié la comédie musicale, ce qui m’a donné une autre dimension dans ma façon de chanter et de transmettre une émotion.

Du coup, c'est avant tout ton cercle familial qui a eu un impact majeur sur tes influences...

OUI COMPLETEMENT! Mon père surtout. Il a une passion incroyable pour la musique et m’a très vite présentée à tous ses artistes préférés, mais aussi à beaucoup de styles- Soul, Funk, Jazz, Classique, Oriental, Africain, Latin, vraiment tous. Ma mère, pianiste, m’a beaucoup aidée et accompagnée, jai vraiment eu de la chance.

Y a-t-il un artiste en particulier qui t’a marquée durant ton enfance ou adolescence ?

Il y en a plusieurs, mais je dirais qu’Amy Winehouse est une artiste qui m’a beaucoup marquée. De par sa voix évidemment, mais aussi par son écriture et ses compositions. Elle était aussi complètement elle-même, c’est-à-dire qu’elle ne créait pas la musique pour être sur les affiches, mais pour échanger avec les autres avec ses mots d’une manière assez introvertie.


Cet EP « Run » montre l’image d’une femme qui s’affranchit des codes et souhaite tout quitter pour vivre ailleurs. C’est ce qu’il t’es arrivé ?

Je suis arrivée à un stade ou je n’avançais plus, j’étais bloquée. J’avais l’impression de perdre ma motivation, de ne jamais rencontrer les bonnes personnes, etc. J’ai décidé de faire un changement radical pour me remettre les idées en place. Donc j’ai tous laissé - ma famille, mes amis, mon travail et je suis venue à Paris.

Pourquoi avoir choisi Paris ?

Comme j’ai dit, je me sentais un peu coincée dans un environnement qui ne me convenait plus. J’aurais pu aller en Californie ou à New York bien sûr, mais je me suis dit, pourquoi pas la France?! Après tout, j'avais des souvenirs, de la famille, je connaissais la langue - pourquoi pas partir pour l’aventure!

Cet EP aborde aussi la rupture amoureuse. L’écriture d’une chanson est-elle plus facile sur le coup de la colère ou de la tristesse ?

Pour moi, la tristesse est toujours plus simple à écrire et j’adore écrire sur ce sujet. Les émotions sont tellement fortes. Mais dans cet EP, j’aborde plutôt la colère et j’évite de le faire négativement. C’est facile de se plonger dans un cycle de “ Tu es qu’un gros c**, Je te déteste, etc…” De là, je cherche ce qui a finalement été positif dans l’histoire …Par exemple, pour Ragdoll en gros, c’est " je ne suis pas ta poupée de chiffons! Tu m’as bien utilisée et je suis en colère…. mais t’inquiète, J’en aurai d’autres qui voudront de moi”. Pour How it goes : “Tu m’as fait du mal je ne comprends pas pourquoi, mais tu as vraiment pensé que je tomberais à tes pieds? C’est à moi de t’écraser, mais moi je ne suis pas comme ca…”


Peux-tu nous raconter ton enfance à Paris puis ton départ pour le Colorado à 11 ans ?

Avant mes 11 ans, j’ai vécu à Paris, Annecy et Rueil Malmaison. Ma mère étant Americaine et mon père Francais (d’origine Tuisienne), j’ai grandi dans un milieu bi-culturel. Mon départ pour le Colorado était par contre difficile pour moi. Aujourd’hui je suis très heureuse d’avoir vécu là-bas, mais à 11 ans ce n’était pas facile…C’est l’âge où on commence à se découvrir, à se faire des connaissances qui durent, On mature! Ca m’a pris du temps pour m'habituer, mais au final aujourd’hui je m’adapte facilement à toutes les situations, donc bon….je m’en suis remise!


Tu viens de faire un featuring avec le DJ Uppermost sur le titre Whisper. Comment la rencontre s’est-elle passée ?

Il est tellement sympa! Une rencontre à la parisienne, autour de quelques verres puisque nous avons des amis en commun. L’idée de collaborer est venue naturellement et rapidement. C’était une expérience nouvelle pour moi, je suis très contente du résultat.

Tu as co-écrit le cabaret « There’s nothing rougher than LOVE » en 2014. Que retiens tu de cette aventure et de la tournée américaine puis européenne qui a suivie?

Je suis très fière de ce projet. En faisant ce spectacle du debut à la fin, j’ai beaucoup appris : non seulement du côté business car on a tout géré, de la communication au marketing, mais aussi du côté personnel. Ca m’a en fait montré que je pouvais aller jusqu’au bout des choses et réussir. On a aussi pu remplir les salles à chaque fois, et ça c’était le meilleur feeling.

Ton arrivée à Paris t’as surement permis de découvrir des artistes français. Lesquels t’ont séduite ?

Oui, j’ai découvert le monde électronique et la pop french touch! J’ai été séduite par la modernité dans la musique actuelle et je trouve ca super…c’est vraiment différent de ce que je connaissais. Par exemple, The dø pour moi était une vraie découverte…Une voix très particulière qui m’attire toujours, et Phoenix : un univers moderne mais encore avec un côté bien rock.


Que penses-tu des télé crochets comme The Voice, Nouvelle Star etc. ? As-tu pensé à te présenter comme candidate à une telle émission ?

Je me suis deja présentée plusieurs fois. A chaque fois je dépassais le premier ou deuxième casting, mais c’est tout. Je pense que ça peut être une bonne plate-forme pour se faire voir, mais je sais aussi que c’est la télé et qu’il faut pouvoir vendre l’émission. Je connais beaucoup de super talents qui ne passent pas- c’est dommage. Ils recherchent un “truc” qu’ils vont pouvoir vendre au public en plus de la voix, donc on peut jamais savoir... Mais bon, si on me prenait je ne dirais pas non ! (rires)

Est-ce qu’un album est prévu à la suite de cet EP prometteur ?

Absolument, je suis sur une piste qui me permet de vraiment montrer ce que je veux partager avec les gens. C’est un rêve! Donc j’y vais à fond...

Petite tradition sur ActuaNews.fr, c’est l’invité qui termine l’interview en s’adressant directement aux lecteurs pour leur adresser le message qu’il souhaite…

Pour ceux qui aiment mon EP, je vous propose de venir à ma release party le 19 mai au Petit Bain à Paris! Ca va être génial et la première fois que le groupe au complet sera réuni pour jouer les titres de l'EP.

Retrouvez Jessica Gabrielle sur Facebook
Suivez la sur Twitter
Commander l'EP sur iTunes

Francois Bertin
Rédacteur en Chef qui cherche toujours à vous permettre d'avoir le meilleur de l'information... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Août 2016 - 10:50 Julie Zenatti se livre avant la rentrée !


loading...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Musique | Vidéo | L'équipe ActuaNews.fr | Concours | Interview | Partenaires | Not Bed TV | Recrutement | Télévision | People | Ciné | Spectacle | Radio | classement | Classement | infolites


loading...













News Les PLus Lues








Plus de likes gratuitement